En finir avec le »populisme«? – Table ronde autour d’un concept disputé

+++ Klicken Sie hier für die deutsche Version des Textes +++

De Simon Braun

Face aux multiples défis rencontrés par les formes traditionnelles de démocratie et les partis politiques, le concept de populisme est omniprésent dans le débat politique, médiatique et intellectuel actuel. Cependant, peu de concepts sont aussi controversés que celui-ci, ce qui soulève la question de sa pertinence analytique pour comprendre les transformations des démocraties européennes. Dans le cadre de la conférence “Critique de la démocratie, des autoritarismes et des populismes en Europe : continuités et ruptures de l’après-guerre à nos jours“ une table-ronde sur ce concept, animée par Fabien Escalona, politiste et journaliste, a réuni l’historien Frank Bösch (Potsdam), la philosophe Catherine Colliot-Thélène (Rennes), la sociologue Annie Collovald (Nanterre) et le politologue Michael Minkenberg (Francfort/Oder).

Il s’agissait d’abord de contextualiser les usages du concept de populisme dans les différentes disciplines. L’historien Frank Bösch a souligné que le populisme n’est fondamentalement pas un concept analytique pour la science historique et n’est utilisé que par une petite partie de la recherche. Bösch considère que le terme de populisme est trop vague et a plutôt proposé de parler de  “la droite” afin de couvrir le large spectre entre conservateurs et extrémistes de droite. Mais même si le populisme n’est pas un objet d’investigation en tant que tel pour les historiens, il peut être selon Bösch d’un grand intérêt pour la recherche comme concept employé par les acteurs eux-mêmes (Quellenbegriff). Le terme populisme n’est généralement pas une auto-désignation, mais une étiquette attribuée par d’autres, dont l’origine est une question pertinente pour la science.

La philosophe Catherine Colliot-Thélène a également présenté le populisme comme un concept plutôt marginal dans sa discipline. Ce terme n’est régulièrement utilisé qu’aux intersections avec d’autres (sous-)disciplines telles que la théorie politique ou la sociologie. Selon Colliot-Thélène, cependant, le concept de populisme est important pour comprendre le paysage politique de nombreux États occidentaux, dans la mesure où les différences entre les grands partis continuent de diminuer et où tous les courants extérieurs à ce consensus transpartisan sont qualifiés de populistes.

Poursuivant cette idée, la sociologue Annie Collovald estime que l’usage inflationniste du concept de populisme est un symptôme du fait que les concepts existants ne sont plus suffisants pour décrire la réalité sociale et politique. Selon elle, le concept de populisme est un concept obscur au sens de Max Weber, qui ne permet pas une définition précise. Dans une perspective normative le populisme devrait aller, selon Collovald, de pair avec l’émancipation sociale, comme c’était le cas avec le mouvement paysan russe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Elle n’a cependant pas classé dans cette catégorie les partis de droite radicale et extrême, qui portent des projets politiques exclusionnistes.

Le politologue Michael Minkenberg a rappelé que le concept moderne du populisme remonte au “People’s Party”, qui a fait sensation aux Etats-Unis dans les années 1890. Alors que les Etats-Unis sont confrontés à une histoire de populisme qui date de plus de cent ans, en Europe occidentale, le terme n’a été appliqué à un certain nombre de nouveaux partis que depuis les années 1980. Mais en suivant Cas Mudde, le populisme est tout au plus une “idéologie fine” (thin ideology) qui s’accroche à une “idéologie d’accueil” (host ideology), ce pourquoi le terme ne serait plus à utiliser que comme adjectif (p.ex « droite radicale populiste »). Minkenberg lui-même va plus loin et considère le populisme comme un simple style politique. Se référant à Benjamin Moffitt, il voit les critères clés de ce style populiste dans l’attisement d’un sentiment de crise dans la population, la prétention à parler pour un « peuple » présenté comme homogène, ainsi que la transgression de tabous et de règles. Minkenberg a également souligné l’importance des médias modernes de masse pour le succès des acteurs populistes. Car c’est l’énorme portée des tabloïds, de la télévision et plus tard des réseaux sociaux qui a rendu possible la diffusion rapide et globale d’un discours populiste.

Mais comment décrire la situation politique actuelle ? Peut-on parler d’un “moment populiste” au vu des nombreux succès électoraux des partis populistes ? Minkenberg a objecté que, selon lui, il ne s’agissait plus d’un “moment”, mais plutôt d’un phénomène permanent. Car si des “vagues” populistes ont été observées à plusieurs reprises dans l’histoire récente des États occidentaux, ce phénomène s’est installé ces dernières années. 

L’auditoire a soulevé la question de savoir comment traiter avec les groupes et partis populistes, en particulier avec les partis populistes au Parlement. Michael Minkenberg a plaidé pour un cordon sanitaire, c’est-à-dire pour l’isolement des partis dont les députés attirent l’attention par des propos xénophobes ou racistes. En revanche, Frank Bösch a fait valoir que les partis populistes ne devraient pas être traités différemment des autres partis, car en tant que parlementaires élus, ils ont les mêmes droits. Dans le même temps, Bösch s’est toutefois prononcé clairement en faveur d’un débat sur le contenu, mais en aucun cas d’une coopération avec ces partis. Mais la libéralisation des partis conservateurs n’aurait-elle pas pu contribuer au renforcement des partis populistes de droite ? Sur cette question, Bösch a rappelé les nombreux succès électoraux que la CDU, par exemple, a enregistrés depuis son tournant libéral avec Angela Merkel. Inversement, un profil conservateur fort des partis de droite n’est en aucun cas une garantie de marginalisation des partis populistes de droite. Par exemple, les PiS polonais et les Fidesz hongrois, malgré leur conservatisme marqué de droite, doivent encore tolérer des forces politiques à leur droite.

Au-delà de leurs différences disciplinaires, les participants ont invité les jeunes chercheuses et chercheurs à aborder le phénomène différemment et à s’interroger sur les conditions de succès du label populisme dans l’ensemble du champ politique. La table-ronde a débouché sur un plaidoyer en faveur d’une plus grande réflexivité dans l’usage du concept de populisme, mais aussi sur la question difficile du positionnement public des chercheuses et chercheurs sur des questions aussi politiques.

Pour aller plus loin:

– Bösch, Frank: Macht und Machtverlust. Die Geschichte der CDU,  Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart 2002.

– Colliot-Thélène, Catherine: La démocratie sans „démos“, Presses universitaires de France, Paris 2011.

– Collovald, Annie: Le „populisme du FN“. Un dangereux contresens, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine 2004.

– Minkenberg, Michael: The Radical Right in Europe. An Overview, Verlag Bertelsmann Stiftung, Gütersloh 2008. 

– Moffit, Benjamin: The Global Rise of Populism. Performance, Political Style, and Representation,Stanford University Press, Stanford 2016.

– Mudde, Cas (dir.): The Populist Radical Right. A Reader. Routledge, London 2017.  

 

Simon Braun est étudiant en sciences politiques et en histoire à l’Université de Bonn. Ses recherches portent sur le système de partis politiques français ainsi que sur le populisme. Actuellement, il est stagiaire au IHA.

 


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.