Presqu’une révolution ? Mai 68 en France

Texte de l’intervention de Wilfried Loth (Universität Duisburg-Essen) lors du „Divan historique“ le 18 juin 2018 à l’IHA en coopération avec le Goethe-Institut Paris, l’Université de Lorraine et le LabEx EHNE – Écrire une histoire nouvelle de l’Europe.

Qu’on l’aime ou pas, « mai 68 » en France est plus qu’une date. C’est un mythe, un lieu de mémoire et de désir, un point de référence qui dure et qui durera. 50 ans après les « événements de mai » on est encore une fois (et peut-être pour la dernière fois) confronté aux témoignages de ceux qui ont vécu mai 68 et aux prises de position de ceux qui jugent le fruit et les conséquences de ces journées et semaines extraordinaires. Mais cette commémoration après 50 ans offre aussi – et d’une certaine façon pour la première fois – l’occasion de tirer un bilan historique. Avec la distance d’un demi-siècle, la multiplication des témoignages de participants et acteurs inconnus et les recherches récentes des historiens, il est désormais possible de resituer mai 68 dans son contexte historique, d’expliquer la force et l’intensité extraordinaire du mouvement de mai, d’identifier les marges de manœuvre et la portée des décisions, et d’apprécier la signification des résultats.

C’est ici que mon livre se situe. En retraçant les dynamiques sur les plans divers – mouvement étudiant, débat public, mouvement de grève, stratégies et combats des hommes politiques et des fonctionnaires syndicaux – j’essaie de comprendre ce qui s’est vraiment passé en ces mois turbulents de mai et juin 1968, pourquoi c’est arrivé, et quelles ont été les conséquences des « événements ». À ces fins, j’étudie notamment les sentiments des acteurs divers, leurs stratégies, et les affrontements entre les stratégies opposées.

D’abord, je cherche à expliquer la force extraordinaire du mouvement étudiant en France. Les étudiants et étudiantes contestataires n’ont pas seulement occupé la Sorbonne et provoqué le dysfonctionnement de presque toutes les facultés du pays. Ils ont déclenché une grève de sept millions de salariés de toutes catégories qui a arrêté la vie économique du pays ; ils ont suscité un débat public qui, d’après les sources, s’avère vraiment vaste, englobant tous les rangs de la société et toutes les catégories professionnelles ; et, par la combinaison de ces deux développements, ils ont soulevé une crise politique dont l’issue est restée longtemps ouverte. Tout cela surpasse de loin les résultats des mouvements contestataires des autres pays – ce qui a créé l’admiration des uns et l’étonnement des autres. Il est d’autant plus nécessaire d’expliquer ce succès extraordinaire qui n’était prévu par personne.

Une première tranche d’explication se trouve dans le lien entre situations individuelles et perspectives étendues d’émancipation qu’un Daniel Cohn-Bendit a su tisser dans un esprit libertaire et dans une atmosphère joyeuse. L’union dans l’action ainsi créée a aidé à dépasser les multiples clivages idéologiques entre les groupuscules de l’extrême-gauche étudiante et à élargir la mobilisation bien au-delà des camps idéologiques. « Laissez parler Schwartz. Même si c’est un salaud, on lui répondra » – voici une intervention typique de Cohn-Bendit durant la phase initiale du mouvement. En fin de compte, seulement un quart de ceux qui ont participé au mouvement de mai se disait prêt à lutter pour « un changement radical de la société ». Les autres ne luttaient que pour une réforme de l’université et pour le respect de la démocratie.

Ensuite, il faut souligner l’habilité stratégique d’un Alain Krivine et d’un Alain Geismar qui savaient concentrer, après les premiers affrontements avec la police, les revendications des étudiants sur trois points précis : mise en liberté des quatre étudiants condamnés à la réclusion immédiate après les affrontements du 3 mai, réouverture de la Sorbonne, retrait de la police du Quartier Latin. Ce sont des revendications que tout le monde comprend, susceptibles de mobiliser un maximum de soutiens et de trouver la sympathie du grand public. Les citoyens contre l’oppression des autorités, c’est ça le message clandestin des démonstrations, et ce message passe bien. Un sondage réalisé le 10 mai dit que 81 % des Parisiens soutiennent les revendications des manifestants.

Le plus important est que, grâce aux médias, cette prise de position en faveur des étudiants révoltés se répand à travers la France entière. Ce sont notamment les reportages en direct des stations radio RTL et Europe 1 couvrant toute la nuit des barricades du 10 au 11 mai qui permettent aux Français de participer à la joie de cette nuit et à la tension croissante entre étudiants en fête révolutionnaire et policiers gardant la Sorbonne. Ils observent avec de plus en plus de suspens les négociations entre les représentants des étudiants et de la police afin d’éviter la grande confrontation ; et ils souffrent avec les étudiants quand, à partir de 2 heures du matin, les unités de police s’efforcent de débarrasser le quartier des barricades.

D’où la sympathie générale qui se manifeste lors de la grève générale du 13 mai et des manifestations dans toutes les grandes villes du pays. Mais cette expérience de la nuit des barricades que des millions de Français ont vécu en temps réel ouvre également la voie vers leur propre mobilisation. D’aucuns, ouvriers, membres du corps enseignant, lycéens et simples riverains, ont déjà participé à la première semaine des manifestations. Maintenant, c’est la ruée vers le combat pour ses propres intérêts et vers une discussion générale des conditions de vie et de travail. « Les étudiants ont bien obtenu tout ce qu’ils voulaient. Pourquoi pas nous ? » – c’est le mot clé de ce transfert de mobilisation. Quand le 6 mai chez Sud-Aviation à Bouguenais près de Nantes le jeune secrétaire local de la CGT Force Ouvrière propose d’occuper l’usine (afin d’empêcher une réduction de travail avec baisse des salaires) il est loin de trouver une majorité. Le 14 mai, après la grève générale du 13 et la réouverture de la Sorbonne, sa proposition est suivie ; et les nouvelles de cette première occupation en déclenchent toute une série d’autres. C’est une vraie réaction en chaîne qui met plus d’un tiers des salariés du pays en grève.

En même temps, on commence partout à discuter du changement des structures nécessaire pour rendre la vie plus supportable, plus juste, et plus libre. Les régisseurs boycottent le festival de Cannes, les directeurs de théâtre se placent en opposition à la « culture bourgeoise », des médecins se révoltent contre le féodalisme des grands chefs de centres hospitaliers, des architectes demandent des investissements dans un logement social humain, des cadres moyens veulent plus de rémunération et plus de chances d’avancement pour les moins favorisés, et j’en passe. « On parle pour agir », c’est ainsi que Laurent Joffrin décrit ce phénomène. « On parle pour comprendre, on parle pour se libérer, on parle pour parler. Cette éloquence torrentielle et confuse vaut pour elle-même. Comme si un peuple lassé d’écouter le Maître se rattrapait en trente jours de décennies de silence ». Et Michel de Certeau commente : « On prend la parole comme on a pris la Bastille en 1789 ». La Sorbonne occupée est le centre symbolique de cette discussion permanente, attirant beaucoup de visiteurs, mais elle est loin d’être le seul lieu de la prise de conscience générale.

Est-ce bien le début d’une révolution ? Certains des leaders étudiants veulent le croire – notamment Alain Geismar et Jean Sauvageot, mais pas Cohn-Bendit qui confesse d’avoir perdu l’orientation après le grand succès du 13 mai. Les secrétaires des syndicats d’enseignement supérieur et des étudiants sont ravis par la multiplication non seulement des comités de grève, mais aussi des comités de soutien et des comités d’action dans les quartiers des villes. Jusqu’à la fin du mai, pas moins de 460 comités d’action sont enregistrés à travers le pays par un comité de coordination de la Sorbonne. Geismar et Sauvageot songent à les coordonner et à en faire, les grèves durant, les bases d’une démocratie directe. Mais, étant donné la diversité des préoccupations de ces comités, leur focalisation sur les problèmes concrets sur place et leur efficacité limitée, c’est bien un rêve utopique. Une minorité d’étudiants radicalisés continue de la rêver au-delà de la fin des grèves pendant la deuxième moitié de juin, ce qui donnera naissance à l’éphémère mouvement gauchiste jusqu’en 1973.

Cela dit, les discussions intenses de la deuxième moitié de mai et de la première moitié de juin changent bien la société, l’université, l’enseignement, les entreprises, les syndicats et les partis politiques. Plus profondément, ils accélèrent le changement des mœurs, la fin du patriarcat et du règne des notables ; ils encouragent l’émancipation des femmes et la lutte féministe. A ces égards, le mouvement de mai a beaucoup plus de succès que ne le suggère un simple coup d’œil sur le seul plan politique.

Wilfried Loth, Caroline Moine, Ulrich Pfeil et Corine Defrance

Sur le plan politique le mouvement de mai offre la possibilité d’un changement du gouvernement et même d’un changement de régime. C’est la décision de De Gaulle de combiner l’offre d’une réforme fondamentale (l’introduction de la « participation ») avec une confirmation de son mandat par referendum (son message du 24 mai) qui mobilise toutes les forces politiques établies à maximaliser leurs chances. De Gaulle mis en retraite, tout semble désormais possible. Il en résulte une multitude de manœuvres, de coups et d’affrontements qui occupe beaucoup de place dans la deuxième partie de mon livre. De Gaulle cherche à maintenir l’autorité de l’État et désespère de la désobéissance de son peuple et de son gouvernement. « Personne ne peut rien contre un tel cataclysme », dit-il. « Pas même le pape ». Pompidou cherche à garder ses chances pour la succession en se présentant comme médiateur, seul capable de désamorcer la contestation. Giscard d’Estaing cherche à empêcher la nomination de Pompidou comme candidat à la succession de de Gaulle, gardant ainsi ses propres chances de s’installer au Palais de l’Élysée un jour. Mitterrand voit la chance de s’affirmer une fois de plus comme candidat de la gauche unie. Les communistes et la direction de la CGT cherchent à engager Mitterrand dans un programme commun tout en rétablissant leur autorité sur le mouvement ouvrier – manœuvre ultra-compliquée qui ne réussit qu’à moitié. Et Mendès France est tenté de se présenter comme rassembleur de toutes les forces de réforme, les étudiants contestataires inclus.

En ce qui concerne le rôle de de Gaulle, beaucoup croient à la thèse d’une manœuvre de diversion, c’est-à-dire : son départ clandestin vers Baden-Baden comme moyen de créer un choc et de rétablir ainsi l’ordre. Je crois pouvoir démontrer qu’il en est rien : De Gaulle essaie bien, suivant une suggestion de son fils, de provoquer un choc, mais il n’y croit pas vraiment. Quand il arrive à Baden-Baden, il est décidé à y rester un certain temps et à démissionner. C’est l’appel du général Massu à son honneur de soldat qui l’incite à retourner en France bien avant que l’effet de choc ne se soit produit. Et ce retour n’est point le début d’une ultime victoire, il ne sert qu’à un ajournement de la défaite. Au dernier moment, Pompidou contraint de Gaulle à annoncer des élections anticipées au lieu du référendum, ce qui permet aux gaullistes une victoire facile. Mais quand de Gaulle réussit enfin à placer son referendum en avril 1969 (avec un contenu bien réduit) il est gravement battu.

Autant dire que le vrai vainqueur de la bataille politique est Pompidou. En transformant le mouvement gaulliste en un parti conservateur ordinaire, il établit en même temps un système politique bipolaire qui succède au régime plébiscitaire du grand général. C’est un changement majeur dans la vie politique de la France qui en rétrospective laisse paraître le régime de de Gaulle comme une période transitoire. En combinaison avec les changements des mœurs et de la société, on pourrait presque parler d’une révolution qui a été déclenchée par mai 68. D’où le titre de mon livre qui reprend une citation de Cees Nooteboom. L’écrivain néerlandais fut un témoin des évènements de mai qui, à mon avis, a souvent vu juste.

____

Divan historique, sous la direction de Corine Defrance (Paris-CNRS/Sirice) et Ulrich Pfeil (Université de Lorraine/Cegil), Wilfried Loth discutait avec Caroline Moine (Université Paris-Saclay/CHCSC). 

Abbildungen: Die Rechte für das Coverbild liegen beim Verlag; Foto: DHIP, © DHIP.

 


Das könnte Dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.