Comment nous avons inventé le mariage : le concept de mariage en Ukraine soviétique et en France à travers des sources visuelles (seconde moitié du XXe siècle)

L’objectif de mon projet de recherche est d’analyser le mariage en France et en Ukraine soviétique dans la seconde moitié du XXe siècle comme une forme sociale des relations entre un homme et une femme qui a évolué au cours de l’histoire et à travers laquelle la société régule et sanctionne la vie sexuelle et établit la relation conjugale, les droits et les responsabilités parentaux. Dans mes recherches, je me concentre principalement sur des sources visuelles, telles que des films, des brochures, des publicités, etc. L’approche principale de l’étude étant comparative, je vise à mieux comprendre le mariage en tant qu’institution et/ou idée historique, en analysant comment le concept évolue d’une société à l’autre et dans le temps, notamment en France et en Ukraine soviétique durant la seconde moitié du XXe siècle.

Le pont entre la France et l’Ukraine

C’est pour plusieurs raisons que j’ai choisi la France comme terrain d’une enquête comparative. Il s’agit avant tout de comparer deux pays européens (l’Ukraine et la France), qui appartenaient à deux blocs concurrents pendant la guerre froide, ce qui a considérablement affecté toutes les sphères de la vie sociale des individus dans ces deux pays. Une autre raison est certainement l’intérêt des leaders du mouvement féministe français pour l’URSS comme exemple positif d’émancipation et de développement des droits des femmes. La féministe de renommée mondiale Simone de Beauvoir était persuadée que les femmes soviétiques se voyaient vraiment accorder une place sans précédent dans la société masculine. Réfléchissant sur l’histoire de la consolidation des femmes à l’échelle mondiale, elle écrivit à ce sujet dans son ouvrage « Le Deuxième Sexe » (1949) :

« Un monde où les hommes et les femmes seraient égaux est facile à imaginer car c’est exactement celui qu’avait promis la révolution soviétique : les femmes élevées et formées exactement comme les hommes travailleraient dans les mêmes conditions et pour les mêmes salaires ; la liberté érotique serait admise par les mœurs, mais l’acte sexuel ne serait plus considéré comme un service qui se rémunère ; la femme ne serait plus obligée de s’assurer un autre gagne-pain ; le mariage reposerait sur un libre engagement que les époux pourraient dénoncer dès qu’ils le voudraient ; la maternité serait libre, c’est-à-dire qu’on autoriserait le birth-control et l’avortement et qu’en revanche on donnerait à toutes les mères et à leurs enfants exactement les mêmes droits, qu’elles soient mariées ou non […]. »

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, Paris (Gallimard) 1949, vol. II, p. 643.

Cependant, un nombre considérable de chercheurs et chercheuses nient le mythe soviétique selon lequel les droits des femmes n’auraient été accordés que lors de l’arrivé les bolcheviks au pouvoir. Je soutiens également qu’en dépit du fait qu’une « nouvelle femme soviétique » devait prendre une part active à la vie publique, à la politique et à la production, les idées traditionnelles sur les femmes en tant que « gardiennes du foyer » responsables du confort et de la vie n’ont pas disparues. Cette variété se retrouve également dans les pages de magazines et de revues pour femmes publiés en Ukraine soviétique que j’ai étudiés tout en travaillant sur le côté « ukrainien » de mon projet. Par exemple, le magazine « Femme soviétique » a créé plusieurs images de femmes – une belle femme au foyer, une cuisinière qualifiée, une mère merveilleuse, une travailleuse acharnée, etc. – qui souvent été superposées.

En analysant l’Ukraine (et non l’Union soviétique dans son ensemble) pendant la période soviétique, je vise à replacer l’Ukraine dans une image plus large du développement européen au XXe siècle.

Mon projet contribue à élargir notre connaissance des institutions sociales en Union soviétique de deux manières : premièrement, en permettant une perspective critique sur un champ fortement chargé de propagande et, deuxièmement, en mettant en évidence les diversités nationales de l’Union soviétique. Au cours des dernières décennies, le nombre de recherches sur l’URSS a considérablement augmenté. Pour l’historiographie ukrainienne, cela a été l’occasion de suivre enfin des approches critiques aux études de l’histoire de la vie quotidienne soviétique, plutôt que de la réécrire en fonction des besoins du Parti communiste. Cependant, il existe encore une lacune manifeste dans notre connaissance des concepts de mariage et de genre. Ainsi, les différences et similitudes dans les républiques soviétiques, le développement de la propagande soviétique sur les territoires des différentes républiques et, de plus, le niveau de mise en œuvre du projet d’une « nouvelle société soviétique » restent à élucider. C’est un fait indéniable que la politique officielle de l’URSS était uniforme pour toutes les républiques soviétiques. Néanmoins, cette politique officielle était souvent ajustée aux réalités culturelles et politiques régionales. Ainsi, la formation d’institutions sociales telles que le mariage, la mise en œuvre des mêmes actes juridiques et l’établissement des mêmes valeurs n’aboutiraient pas au même résultat en République socialiste soviétique de Russie, en République socialiste soviétique d’Ukraine, en République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, etc., simplement en raison de contextes culturels et historiques différents. Comme une quantité importante de recherches sur le mariage et la famille soviétiques est consacrée à l’analyse de ces institutions en Russie soviétique, une enquête sur l’Ukraine (en comparaison avec la France) enrichira notre connaissance du champ d’études.

Je me concentre sur les idées de mariage « correct » et « incorrect », de comportement « approprié » et « inapproprié » dans la relation entre un homme et une femme en Ukraine soviétique et en France durant la seconde moitié du XXe siècle. Le choix des sources (notamment visuelles) est en corrélation directe avec ces éléments constitutifs du projet.

Comme j’ai déjà travaillé de près sur « l’image » du mariage en Ukraine soviétique et que mon récit sur le mariage et le genre en France n’est pas encore développé, mon principal objectif pendant mon séjour en France était de rassembler davantage de documents sur la représentation du mariage en France. Je me suis concentré principalement sur la littérature périodique pour les femmes. La Bibliothèque nationale de France contient une grande collection de numéros de revues féminines telles que « Elle », « Marie-Claire » et « Femme d’aujourd’hui ». Ces revues recueillaient des conseils aux femmes sur la façon d’être une bonne épouse et une bonne femme. Cependant, ce n’est pas seulement le contenu des revues qui peut être intéressant pour ma recherche, mais aussi la façon dont la revue a été structurée, quels en-têtes ont été utilisés et quelles illustrations ont accompagné certains articles. Même les rubriques des journaux peuvent donner des informations précieuses sur ce qui était censé être intéressant pour une femme dans sa vie et, surtout, dans son mariage.

Elle : l’hebdomadaire de la femme. n° 363. 10 novembre, 1952. Source : Bibliothèque nationale de France.

Dans mes recherches, je retrace également les changements de paradigme sur la représentation du mariage en raison de plusieurs facteurs allant du développement économique et du développement de l’État (en particulier pour l’Ukraine soviétique) à la «révolution sexuelle» et son impact tardif sur l’Ukraine soviétique.

Enfin, je compare les enjeux soulevés par les mouvements féministes des deux pays. Les archives de « La Contemporaine » contiennent de nombreux documents sur les mouvements féministes en France au XXe siècle. Les documents sur le Conseil National des Femmes Françaises, par exemple, permettent de mieux comprendre les défis auxquels les femmes ont été confrontées et se sont confrontées au XXe siècle.

États généraux sur les femmes dans le travail et le travail des femmes, 24/25 avril, 1982, Paris. Source : La Contemporaine

Je vise à développer ma recherche comme une étude approfondie sur la perception du mariage dans les différents médias et sources visuelles en Ukraine soviétique et en France au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Contrairement à une recherche qui prend la Russie pour l’ensemble de l’Union soviétique ou à une comparaison intra-soviétique, la comparaison avec la France ouvre la possibilité de comprendre les particularités de l’évolution des relations entre hommes et femmes dans deux pays qui, malgré leur relative proximité territoriale, ont connu des trajectoires de développement très différentes. Actuellement, je continue à développer cette idée de recherche en vue d’une comparaison concentrée sur les sources visuelles et les supports de ces sources – littérature périodique, caricatures, films, etc. Il s’agit maintenant d’exploiter et d’évaluer les riches découvertes faites dans les bibliothèques et les archives parisiennes, une tâche qui m’occupera encore pour un bon moment.


OpenEdition schlägt Ihnen vor, diesen Beitrag wie folgt zu zitieren:
Aliesia Soloviova (21. Juni 2023). Comment nous avons inventé le mariage : le concept de mariage en Ukraine soviétique et en France à travers des sources visuelles (seconde moitié du XXe siècle). Dialog und Austausch. Abgerufen am 20. Juli 2024 von https://doi.org/10.58079/nl1d


Aliesia Soloviova

Aliesia Soloviova has done her Ph.D. at the Institute of History of Ukraine of the National Academy of Sciences of Ukraine. She is currently working on the comparative analysis of marriage in Soviet Ukraine and France during the second half of the 20 century.

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search