La Shoah comme « projet » européen ?

La nouvelle recherche sur les perpetrators dans une perspective transnationale

Compte rendu du colloque tenu à l’Institut historique allemand du 14 au 16 mars 2023

Comité d’organisation : Frank Bajohr (IfZ, Munich), Havi Dreifuss (Tel Aviv University), Jürgen Finger (DHI Paris), Andrea Löw (IfZ, Munich), Anna Ullrich (IfZ, Munich), Agnieszka Wierzcholska (Centre Marc Bloch Berlin) and Claire Zalc (EHESS)

Auteur : Dr. Jürgen Finger; correction : Audrey Prost | Traduction

Le colloque « La Shoah comme “projet” européen ? La nouvelle recherche sur les perpetrators dans une perspective transnationale » s’est déroulé au printemps dernier, en présentiel, à l’Institut historique allemand de Paris1. Les débats, intégralement retransmis en ligne, ont rencontré un grand succès auprès de collègues allemands, français et internationaux ainsi que du public intéressé.

En marge de ces journées d’étude, une soirée ouverte à tous a été organisée au Mémorial de la Shoah, principal lieu parisien de mémoire du génocide des Juifs, avec au programme la projection du documentaire Miejsce Urodzenia (« Lieu de naissance », 1992) de Paweł ŁOZINSKI, suivie d’un débat animé par Ania SZCZEPANSKA (Paris 1) en présence du réalisateur et de Jean‑Yves POTEL(IEP Paris/Paris 8).

Parmi les moments forts du colloque, l’intervention d’Omer BARTOV(Providence) intitulée « European Project, German Policy, Local Practice: Conundrums of a Total History of the Holocaust » et la table ronde sur la question « Is a European Narrative on Perpetrators of the Shoah Possible? » (Frank BAJOHR, Munich ; Florent BRAYARD, Paris ; Jan GRABOWSKI, Ottawa ; Marta HAVRYSHKO, Lviv/Bâle ; Agnieszka WIERZCHOLSKA, Berlin) ont suscité des échanges intenses et de haut niveau.

Objectifs

Les participants, dont l’expertise couvrait un grand nombre de pays européens occupés ou dominés par le Reich, venaient pour un tiers de France, pour un autre tiers d’Allemagne, et pour un dernier tiers d’autres pays d’Europe et d’Amérique du Nord. Compte tenu de la densité du programme, seules quelques contributions seront détaillées dans ce rapport, l’objectif étant de retracer les grandes lignes des débats et de souligner la valeur d’une perspective transnationale, mais aussi les défis qui l’entourent.

Le colloque a permis d’ouvrir une perspective comparative sur un vaste continuum de formes de participation à la persécution et à l’assassinat des Juifs d’Europe. La méthodologie de l’histoire transnationale, c’est-à-dire l’étude des processus de transfert, la comparaison systématique et la prise en compte de cadres d’interprétation globaux, doit encore faire ses preuves comme outil permettant de mieux comprendre comment les populations locales se sont rendues complices de la Shoah. Invitant leurs collègues à prendre davantage en compte ces aspects, Thomas Sandkühler (Berlin) et Mary Fulbrook (Londres) ont argumenté ces dernières années pour une meilleure compréhension comparative et transnationale de la dimension européenne de la Shoah, de la « collaboration » et de la complicité.

L’un des objectifs affichés du colloque était de poser un regard neuf sur les options et les modes d’action des élites et des populations locales dans le contexte d’une Europe sous domination allemande, devenue le lieu de la politique d’extermination du Reich, l’idée étant d’ajouter une couche de réflexion à une recherche souvent bien établie dans le cadre national. L’organisation thématique des sessions avait ainsi pour but de développer une compréhension conceptuelle, comparative et transnationale de la Shoah. Le nombre élevé de candidatures reçues et la qualité des contributions témoignent du besoin persistant de discussion dans la recherche internationale.

Des notions telles que la culpabilité, la complicité, voire la « collaboration », ou encore la figure sociale du bystander, une interprétation aussi vague qu’influente qui a fortement marqué la recherche, apparaissent de plus en plus comme des obstacles à l’analyse historique. Souvent trop fortement chargées sur le plan juridique ou moral, elles sont devenues au fil du temps des catégories fourre-tout (umbrella categories),trop génériques etimprécises, et qui, par ailleurs, doivent elles aussi être historicisées. Cela vaut tout particulièrement pour le terme de « collaboration » qui, en France, est indistinctement utilisé pour des formes très diverses de coopération et de collusion, et qui a également été appliqué – vraisemblablement faute d’alternatives – à des contextes d’occupation étrangers qui, structurellement, ne sont pas du tout comparables à la collaboration d’État au sens strict du terme, tel qu’il prend son origine en France. Tout au long du colloque, les participants ont manifesté leurs doutes quant à ce terme, mais aussi vis-à-vis de la notion de bystander.

Concepts et notions

Ces questions ont été plus systématiquement abordées pendant le premier panel qui proposait des grilles de lecture pour la suite des échanges. Christoph DIECKMANN (Francfort‑sur-le-Main) a interrogé des termes génériques tels que « collaborateurs » et « spectateurs » et montré comment la pensée historique sur la Shoah a été profondément influencée par les formes de la poursuite pénale des perpetrators et par les discours judiciaires, ce qui aurait longtemps occulté les multiples formes de coopération, notamment celles en dessous du seuil de responsabilité pénale. Son plaidoyer pour des concepts historiques plutôt que juridiques allait de pair avec une prise en compte analytique encore plus forte du contexte de la guerre et de l’occupation dans l’étude des processus sociaux qui ont abouti à la Shoah. Pour Dieckmann, les catégories clés de l’analyse sont le pouvoir, le choix et la responsabilité.

Franziska EXELER (Berlin/Cambridge) a suivi la même ligne de réflexion en évoquant un concept forgé par Lawrence L. Langer, à savoir les « choix sans choix » ou les « choix impossibles » (choiceless choices) qu’auraient fait les habitants des territoires occupés, y compris les Juifs. Face à l’occupation allemande, toutes les options auraient a priori eu un effet destructeur sur la vie personnelle, la famille et la communauté locale. Exeler a tout de même démontré comment, dans les limites de l’occupation, les non-Juifs disposaient encore d’un éventail d’options, ce qui faisait d’eux des victimes de l’occupation allemande, mais aussi parfois, involontairement, des bénéficiaires de l’occupation ou des complices des crimes allemands. La limite souvent floue entre complicité et implication était également importante pour Łukasz KRZYŻANOWSKI (Varsovie) qui, prenant pour exemple le village polonais de Chlewice, a montré comment des spectateurs, par le fait d’avoir encadré les événements, se sont rangés en massedans lacatégorie des auteurs.

Markus ROTH (Francfort-sur-le-Main) et Anette Homlong STOREIDE (Trondheim) ont souligné l’importance des institutions locales dans la spoliation des Juifs, les autorités ayant fixé le cadre administratif du vol des biens juifs – processus qui, dans la pratique, pouvait facilement tourner à la violence. Selon Roth, la spoliation des Juifs s’est révélée un puissant processus social intégrant des aspects idéologiques, moraux et existentiels. Le « savoir partagé » de l’administration allemande et de la population locale a permis d’identifier les biens « juifs » et d’appliquer les mesures allemandes : ce « savoir » existait dans toutes les régions occupées, indépendamment de la variété des institutions et des dispositifs d’« aryanisation » d’une région à l’autre. À un niveau institutionnel supérieur, le rôle des gouvernements nécessiterait, selon Florent BRAYARD (Paris), des études comparatives approfondies, car ces derniers, même sous domination allemande, continuaient à faire de la politique, y compris de la politique antijuive, soit de leur propre initiative, soit inspirés par des mesures mises en place dans d’autres pays européens, soit en réaction à celles-ci. Brayard a insisté sur les pratiques d’observation mutuelle des autorités européennes dont le regard n’était pas tourné uniquement vers l’Allemagne. Ici comme dans d’autres exemples, il semble évident qu’une étude systématique des transferts pourrait être utile à la recherche, puisque des cas isolés, bien que connus des chercheurs, n’ont que rarement été mis en relation les uns avec les autres.

Razzia de la Ordnungspolizei allemande et de policiers polonais, contrôle de Juifs (?), Cracovie, début 1941. Source: Bundesarchiv, Image 101I-030-0781-07, via Wikimedia Commons.

Circulations

Plusieurs intervenants ont aussi évoqué la circulation des savoirs sur la Shoah chez les victimes et leur agentivité (agency). Ils ont abordé le sujet du point de vue des victimes, mais aussi, dans un cas précis, du point de vue des autorités qui surveillaient les victimes et cherchaient à évaluer le niveau d’information de la population juive et non juive (Gaëlle FISHER, Munich ; Veronika DUMA, Francfort-sur-le-Main ; Kiril FEFERMAN, Ariel). Maria FERENC (Varsovie) a distingué le niveau individuel de savoir, fondé la plupart du temps sur des relations transfrontalières, du degré public d’information, lequel était souvent étonnement élevé. Dans tous les cas, passer du savoir (souvent informel) à l’action individuelle ou collective représentait un défi insoupçonné. À plusieurs reprises, un paradoxe a été soulevé dans les débats : souvent, des connaissances pourtant relativement précises ne poussaient pas les individus à l’action, comme s’il existait une barrière intellectuelle. Ce qui se passait en Europe de l’Est ne pouvait pas arriver aux Juifs d’Europe occidentale et méridionale ; ce qui se passait dans un autre pays ne pouvait pas se passer « ici » ; « l’évacuation » d’un ghetto, la « Shoah par balles » ou les rumeurs sur les camps d’extermination ne toucheraient pas forcément les personnes, pourtant concernées, ailleurs.

La question de la mobilité des perpetrators et celle de la circulation des savoirs de persécution ont constitué un autre sujet central du colloque. Cette interrogation, jusqu’à présent surtout discutée pour les Allemands, ainsi que le transfert des éléments de la politique d’extermination des « killing grounds » de l’est de l’Europe vers d’autres régions, méritent d’être étudiés aussi pour les personnels non allemands. Des intervenants ont présenté des cas des pays baltiques et d’Ukraine (Anne-Lise BOBELDIJK, Wageningen/Amsterdam ; Anastasia FAIRCHILD, Paris), d’autres ont évoqué celui de différentes formations de la police française et leur complicité dans la déportation des Juifs en France (Johanna LEHR, Paris). Le cas des ultra‑collaborateurs français, évoqué par Tal BRUTTMANN (Cergy), représente un exemple particulièrement troublant de transfert de connaissances. Le groupe étudié est constitué de membres de la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (LVF) qui se sont engagés pour combattre sur le front de l’Est. Une fois rentrés en France, ses membres ont participé de manière proactive et souvent extrêmement violente à la persécution et à la déportation de Juifs étrangers et français ainsi qu’à la lutte contre la Résistance, y compris à la torture et à l’assassinat de résistants, notamment après l’occupation de la zone libre et le durcissement de la politique d’occupation.

L’agentivité des femmes a notamment été discutée dans le contexte de la dénonciation et des mouvements politiques (proto-)nazis dans les pays occupés (Teresa MALICE, Bielefeld ; Andrea PETŐ, Vienne). Un autre volet des discussions a été consacré aux sources produites après 1945, notamment les dossiers de poursuite judiciaire en Europe de l’Est, où la reconstruction des faits, précieuse pour les historiens et historiennes, est imprégnée d’un discours de collaboration et de trahison dicté par les nouvelles autorités communistes et soviétiques (Audrey KICHELEWSKI, Strasbourg ; Vojtěch KYNCL, Prague ; Emilia KOUSTOVA, Strasbourg).

Questions transversales

Pour clore la première journée, Omer BARTOV a approfondi ces questions en explorant les défis d’une histoire « totale » de la Shoah. Il interprète la Shoah comme un événement social visant à réaliser le projet allemand d’extermination des Juifs à l’échelle du continent européen. Soulignant l’aspect paneuropéen de l’Holocauste, il a critiqué l’utilisation souvent peu nuancée de termes comme « collaboration », « complicité », etc. pour décrire non seulement le concours de groupes très divers à ce projet mais aussi leurs motivations. Bartov a plaidé pour le fait de considérer la Shoah en s’intéressant davantage au bas de la pyramide et aux marges afin de mieux comprendre comment la violence génocidaire s’est développée à l’échelle locale tout en prenant en compte le défi méthodologique de la représentativité des études locales pour la Shoah. Il a illustré ses propos avec des exemples extraits de son livre « Anatomy of a Genocide » (2018) dans lequel il se penche sur la ville polonaise de Boutchatch (aujourd’hui ukrainienne).

La table ronde en fin de deuxième journée ayant invité les participants à réfléchir à la possibilité d’un récit européen sur les auteurs de la Shoah, différents éléments des discussions précédentes ont resurgi pendant les débats. Florent BRAYARD a proposé d’élargir la trame chronologique au-delà de 1939 pour mieux comprendre les différences graduelles dans la politique antisémite locale. Brayard a décrit la solution finale et les effets de cohésion qu’elle a imposés comme « une offre plutôt qu’une obligation » ; pour lui, il s’agit d’un phénomène d’alignement collectif et non d’un simple processus descendant (top down) dans un système pyramidal dominé par les Allemands. Frank BAJOHR a insisté sur la réflexion nécessaire à mener quant au rôle de la société allemande dans son ensemble, et ce, dans une perspective chronologique élargie, c´est‑à‑dire dans une approche complémentaire à l’étude des années de guerre, des crimes individuels et de leurs acteurs. Marta HAVRYSHKO a souligné le rôle joué par les Ukrainiens et les défis associés à la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale aujourd’hui, en citant par exemple les commémorations du leader nationaliste Stepan Bandera. Jan GRABOWSKI a argumenté de manière similaire et plaidé « pour une large inclusion des complicités locales sans perdre de vue le maître architecte qu’est l’Allemagne nazie ». Selon lui, il serait certainement louable que les Allemands, y compris des responsables politiques, soulignent aujourd’hui la responsabilité principale de leur nation, mais d’autres pourraient alors se sentir autorisés à déformer les faits et à nier d’autres responsabilités, par exemple dans le contexte politique et mémoriel actuel en Pologne.

Des soldats allemands et des policiers français transportent des Juifs appréhendés à Paris dans un autobus, août 1941. Source: Bundesarchiv, image 183-B10816, via Wikimedia Commons.

À la recherche de nouveaux modèles d’explication

Un nouveau grand récit n’est certespas à l’ordre du jour, mais les participants du colloque se sont majoritairement accordés à dire qu’un tel récit ne serait de toute manière pas souhaitable pour décrire les configurations complexes et diverses dans lesquelles la Shoah a été facilitée et perpétrée dans différentes régions d’Europe. Il semble plutôt nécessaire d’établir des distinctions précises entre collaboration, coopération et collusion, et d’analyser les transitions fluides entre des pratiques d’implication (de la part des Allemands), le fait de se laisser impliquer (par les Allemands) et de s’impliquer (soi-même). Les interventions plutôt synthétiques durant le premier panel du colloque et la table ronde, ainsi que les discussions sur des cas similaires dans différents pays, ont donné à voir tout le potentiel des études comparatives et de l’étude des transferts.

Ainsi, de nombreux travaux locaux offrent aujourd’hui une base suffisante pour nourrir une étude systématique et comparative d’un processus mêlant structures de pouvoir locales, domination allemande, mobilisation spontanée des individus, des institutions et des groupes, et conditions situationnelles. Toutefois, cette recherche n’en est encore qu’à ses débuts, car l’expertise dans ce champ d’études reste fortement cantonnée aux cadres nationaux. La comparaison pourrait permettre de comprendre mieux encore la mise en œuvre de l’extermination en tant que processus social basé sur la division du travail, sans pour autant perdre de vue la question du pouvoir – c’est-à-dire, en fin de compte, la question des objectifs, des instruments de pouvoir et des mesures du Reich. Le fait qu’environ 2 700 massacres aient été commis sur le territoire de l’URSS par les nazis, leurs alliés et des collaborateurs locaux, selon un recensement du mémorial de Yad Vashem, reste à expliquer compte tenu du nombre souvent limité des forces d’occupation.

En réponse à la question posée dans le titre du colloque, Markus Roth a émis une hypothèse largement approuvée par les participants : pour de nombreux acteurs locaux (gouvernements, institutions, partis, miliciens ou groupes ad hoc, mais aussi individus), des intérêts et des objectifs politiques locaux, régionaux ou nationaux sont venus se greffer à la privation de droits, à la ghettoïsation, à l’expulsion et à l’extermination des Juifs de leur territoire. À cet égard, la Shoah représente un véritable phénomène européen, avec des variations régionales. En revanche, seule l’Allemagne considérait la politique d’extermination antisémite comme un « projet européen » auquel il fallait associer les acteurs sur place. La comparaison de différentes constellations à l’interface entre le projet d’extermination germano-européen d’une part, et les motivations, structures et prédispositions idéologiques locales, régionales et nationales d’autre part, revêt un fort potentiel.

Dans la session de clôture, les organisateurs et organisatrices ont rappelé que, malgré des différences régionales, les Juifs étaient considérés comme fondamentalement différents par une partie parfois importante des populations européennes, ce qui a constitué la base non seulement des politiques antisémites locales mais aussi du « projet européen » allemand (Agnieszka WIERZCHOLSKA, Berlin). Andrea LÖW a abondé dans ce sens tout en soulignant que l’étude des processus sociaux ne doit pas conduire à négliger le rôle des acteurs étatiques. Frank BAJOHR a rappelé que le nationalisme extrême allait de pair avec la quête de souveraineté nationale, notamment dans certaines régions d’Europe orientale, et donc avec l’idée d’un État-nation homogène. Selon lui, il faudrait intégrer davantage ce contexte, car l’occupation et le projet antisémite allemand auraient certes eu des conséquences contradictoires pour ces populations et leurs représentants politiques, mais il aurait également ouvert un champ des possibles pour les nationalismes. Bajohr a insisté sur la nécessité d’analyser les motivations idéologiques sur le terrain. Jürgen FINGER (Paris) a fait valoir la nécessité d’une comparaison systématique pour mieux évaluer le degré d’autonomie et l’initiative des acteurs locaux et régionaux dans le cadre posé par les Allemands. Selon lui, l’articulation – d’abord entre Allemands et occupés, puis au sein des autorités et sociétés occupées – se présente comme un problème « principal-agent » classique où le niveau de connaissances asymétrique entre l’occupant (« le principal », au sommet de la hiérarchie, avec un effectif limité) et l’occupé (« l’agent », sur place, chargé de la mise en œuvre du projet) pose la question d’un contrôle efficace. Typiquement, un problème principal-agent ne peut pas être résolu, seulement circonscrit, c’est pourquoi Finger propose d’étudier de manière comparative les configurations et les relations de pouvoir qui ont créé le cadre pour réaliser la Shoah.

Cadre et remerciements

Une discussion scientifique sur la participation de criminels non allemands à la Shoah n’était envisageable qu’avec la participation d’acteurs clés de la recherche et de la mémoire de la Shoah en Allemagne et en France. L’IHA a bénéficié de l’appui de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, du Leibniz-Institut für Zeitgeschichte München-Berlin (Zentrum für Holocaust-Forschung), du George & Irina Schaeffer Center for the Study of Genocide, Human Rights and Conflict Prevention) à l’American University of Paris et du projet ERC Lubartworld (CNRS/EHESS). L’IHA remercie également l’Université franco-allemande et la Deutsche Forschungsgemeinschaft pour leur soutien financier. La projection du documentaire et le débat qui a suivi ont été organisés par le Mémorial de la Shoah auquel nous sommes liés depuis longtemps par de nombreuses coopérations.

Assurer le bon déroulement d’un tel colloque et garantir un échange ouvert dans un cadre sécurisant, y compris sur des sujets sensibles en matière de mémoire et susceptibles d’être politisés, ne va pas de soi, comme en témoigne un incident qui s’est déroulé à peine quelques semaines plus tard, le 30 mai 2023, dans l’un des instituts homologues de l’IHA, l’Institut historique allemand de Varsovie : l’irruption violente d’un parlementaire d’extrême droite sur scène a empêché le professeur Jan Grabowski, l’un des participants de notre colloque, de donner une conférence sur les « problèmes (croissants) de la Pologne avec l’histoire de la Shoah »2. Nous sommes donc d’autant plus heureux qu’une discussion scientifique nuancée et sereine ait pu se tenir à Paris avec l’aide et le soutien de nos partenaires.


Program

Programme sous forme PDF : https://www.dhi-paris.fr/fileadmin/user_upload/Programm_Shoah_FINAL.pdf

Welcome and Introduction

Thomas Maissen (DHI Paris): Greetings

Agnieszka Wierzcholska (Centre Marc Bloch Berlin): New Perspectives on the Shoah – A Transnational History of the Perpetrators

Panel 1: Choices & Responsibility – On Methodology and Analytical Approaches
Commentator: Claire Zalc (EHESS, Paris)
Chair: Frank Bajohr (IfZ, Munich)

Christoph Dieckmann (Frankfurt/M): Beyond Collaborators and Bystanders. Towards Narratives of Responsibility

Franziska Exeler (Freie Universität, Berlin/Cambridge): Choices and Choiceless Choices under Nazi Occupation

Łukasz Krzyżanowski (University of Warsaw): Holocaust as a Social Process: Escaping Jews, Denouncing Peasants, and Other Social Actors

Panel 2: Comparison, Gender and non-German Perpetrators
Commentator: Andrea Löw (IfZ, Munich)
Chair: Jürgen Finger (DHI Paris)

Teresa Malice (Bielefeld University): Female Civilian Denunciation in Nazi Germany and Fascist Italy. On Bystanding, Complicity, Co-Perpetration

Andrea Pető (CEU, Vienna): Gendering the Dutch and Hungarian National Socialist Women’s Movement during WWII: Comparative Approaches to Agency and Subjectivity

Keynote
Chair: Jürgen Finger (DHI Paris)

Omer Bartov (Brown University, Providence): European Project, German Policy, Local Practice: Conundrums of a Total History of the Holocaust

Panel 3: Institutions as Agents in Perpetrating the Shoah
Commentator: Juliane Wetzel (IHRA/TU Berlin)
Chair: Jan Grabowski (University of Ottawa)

Markus Roth (Fritz Bauer Institut, Frankfurt/M): The Local Civil Administrations and the Plunder of the Property of Jews – Chances and Limits of a Comparative Perspective

Anette Homlong Storeide (Memorial Falstad Centre, Trondheim): A Sudden Outbreak of Violence or a Process of Radicalization? A Case Study on the Administrative Office for the Confiscation of Jewish Assets in mid-Norway 1941–1942

Gaëlle Fisher (IfZ, Munich): “In Jewish circles in the capital it is asserted that…”: Romanian Intelligence, Persecution, and Jewish Life during the Holocaust in Romania

Panel 4: The Victims’ Perspective
Commentator: Judith Lyon-Caen (EHESS, Paris)
Chair: Constance Pâris de Bollardière (American University Paris)

Veronika Duma (Frankfurt University): What the Jews in the Ghettos Documented about Robbery: Robbery and complicity in South and Eastern Europe from the Perspective of the Persecuted

Kiril Feferman (Ariel University): How Much Knowledge Brings Sorrow? Information on the Holocaust and the Soviet Jews in the Threatened Areas, 1941–1942

Maria Ferenc (Jewish Historical Institute, Warsaw): Warsaw Jews in the Face of the European Realm of the Holocaust

Juliane Wetzel (IHRA/TU Berlin): Presentation of the International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA)

Panel 5: Mobility of non-German Perpetrators
Commentator: Thomas Sandkühler (Humboldt University Berlin)
Chair: Gaëlle Fisher (IfZ, Munich)

Anne-Lise Bobeldijk (Wageningen University and Research/NIOD, Amsterdam): “We were replaced by other Latvian ‘punishers’”. Transnational Networks of Perpetrators during the Mass Murder of Jews in the Summer of 1942 in German-Occupied Belarus

Anastasia Fairchild (Sciences Po/CERI, Paris): Writing the Judicial History of Collective Crimes in Kamenets-Podolsk (26–28th August 1941) from a Transnational Perspective

Tal Bruttmann (University of Cergy): Substituting French Police, Implementing Nazi Policies: French Ultra-Collaborators and the “Final Solution”

Round Table: Is a European Narrative on Perpetrators of the Shoah Possible?

Florent Brayard (EHESS, Paris), Jan Grabowski (University of Ottawa), Marta Havryshko (URIS Fellow, Basel University), Frank Bajohr (IfZ, Munich)

Chair: Agnieszka Wierzcholska (Centre Marc Bloch, Berlin)

Traduction simultanée français/anglais

Panel 6: Transfer of Knowledge, Practices, and Discourses
Commentator: Havi Dreifuss (Tel Aviv University)
Chair: Jean-Charles Szurek (ISP/CNRS, Paris)

Florent Brayard (EHESS, Paris): The “Final Solution” as an Integrated Process. Two Remarks on Mechanisms of Internationalization

Loïc Marcou (EHESS, Paris): Partners and Accomplices of the German Occupier: Extent of “Collaboration” and “Transfers of Practices” in Occupied Thessaloniki (1941-1944) – présentation en français

Johanna Lehr (Paris): Participation of French Police Forces in the Identification, Arrest and Subsequent Transfer of Jews to the Germans

Panel 7: Post-War Trials
Commentator: Renée Poznanski (Ben Gurion University of the Negev)
Chair: Agnieszka Wierzcholska (Centre Marc Bloch, Berlin)

Audrey Kichelewski (Strasbourg University): Later August Trials in Communist Poland (1956-1970): Portraits of Local Collaborators

Emilia Koustova (Strasbourg University): The Figures of Holocaust Participants in Soviet Investigations and Trials in Lithuania, between the Transnational, the Pan-Soviet and the Local

Vojtěch Kyncl (Institute of History of the Czech Academy of Sciences, Prague): The Holocaust in the Protectorate of Bohemia and Moravia. Czechs as Helpers, Profiteers and Denunciators

Final discussion

Guided tour of the Mémorial de la Shoah

Film screening: “Lieu de naissance (Miejsce Urodzenia) – The Birthplace” by Paweł Łoziński, Poland, documentary, 47 min., 1992, VOSTFR

Discussion with Jean-Yves Potel and Paweł Łoziński, moderation: Ania Szczepańska (Paris 1 Panthéon Sorbonne) – discussion en français




Diesen Blogbeitrag zitieren
Jürgen Finger (2023, 9. Dezember). La Shoah comme « projet » européen ? Dialog und Austausch. Abgerufen am 13. April 2024, von https://doi.org/10.58079/nl1h

  1. Pour un court rapport en anglais voir le texte de Nathalie SCHWABL(Sorbonne Université) sur H-Soz-u-Kult : 3.7.2023, www.hsozkult.de/conferencereport/id/fdkn-137325. []
  2. Cf. « Polnischer Politiker verhindert Vortrag am Deutschen Historischen Institut in Warschau: Stellungnahme der Max Weber Stiftung », 01/06/2023, https://www.maxweberstiftung.de/aktuelles/nachrichten/einzelansicht-nachrichten/detail/News/stellungnahme-vorfall-warschau.html (consulté le 16/06/2023). []

Jürgen Finger

Head of the Contemporary history and the Publications teams at the German Historical Institute Paris. Project: "Markets and morals. The Moral Economy of French Capitalism 1880-1914/18". Authour of "Moral & Ökonomie im 20. Jh. Eine Anthologie" (2022), "Eigensinn im Einheitsstaat" (2016), "Dr. Oetker und der Nationalsozialismus" (2013) and "Vom Recht zur Geschichte" (2009).

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search